jeudi 2 novembre 2006

Détection vidéo intelligente : mythes et limites.

La vidéosurveillance s'impose comme la meilleure technique de preuve gràce à ses capacités d'enregistrement.

Au-delà des caméras factices et des bà¢timents laissés illuminés, artefacts dissuasifs bien réels, la disposition de caméras fixes ou mobiles sur un réseau IP (Internet protocol) filaire ou même sans fil, permet de surveiller et d'enregistrer en temps réel, localement ou à distance.

Attestant de cette efficacité, l'expansion des systèmes conduit à développer des dispositifs d'aide, à la surveillance comme à la recherche des preuves.

Ces nouveaux services proposés à l'utilisateur de vidéosurveillance, accélèrent la prise de décision et la recherche des preuves.
L'opérateur n'est pas pour autant remplacé. Il a gagné en ergonomie et sa levée de doute est maintenant aidée.

Mais gardons nous de trop exiger de ces systèmes de détection vidéo intelligente car de nombreux paramètres sont à prendre en compte et la complexité de ces nouveaux systèmes de sécurité est maintenant celle des logiciels informatiques et des systèmes en réseau.

Quelle architecture, quel logiciel, quelle ergonomie ?


Evitons le panneau de la cinquième génération d'Intelligence artificielle qui, promise par nos amis du soleil levant a laissé une génération d'informaticiens sur leur faim.

Le bon sens n'est pas encore dans les machines, mais il doit être parmi nous.